traduction automatique

Traduction automatique, traduction humaine : évaluation, avantages, complémentarité

Nom: 
NC
Prénom: 
-
Année: 
2002
Résumé du mémoire: 

Dans ce mémoire, nous visons à évaluer la traduction automatique, afin de permettre de proposer des critères en vue de son amélioration. Mais nous comparons d’abord la traduction automatique à la traduction humaine (qu’on a a priori pensé devoir être son modèle), après avoir présenté une méthode d’évaluation des traductions humaines.

Construction de ressources terminologiques pour un traducteur automatique : une approche textuelle

Nom: 
NC
Prénom: 
-
Année: 
2002
Résumé du mémoire: 

Notre projet prend place dans une étude menée par EADS-CCR (Centre Commun de Recherche) pour le département de veille de EADS-LV (Launch Vehicles). Une des activités de ce département (SN/S) est la veille stratégique et technologique sur les produits, entreprises et pays concurrents dans le domaine des lanceurs. Dans le cadre de cette veille, le département utilise le logiciel de traduction automatique Reverso de Softissimo, notamment comme outil d'aide à la compréhension de documents russes. Notre travail a consisté à enrichir le dictionnaire utilisateur russe-français sur les lanceurs à partir de corpus de textes représentatifs de ceux que les veilleurs exploitent habituellement. Nous avons dans un premier temps constitué à l'aide de la plate-forme Xerox Terminology Suite une base de données terminologique trilingue (russe-anglais-français) que nous avons ensuite enrichie manuellement en reliant les termes par des relations de traduction. En parallèle de ce travail, nous avons réfléchi sur la problématique de la réutilisabilité des données terminologiques au sein de EADS et dans le milieu industriel en général.
 

La résolution des ambiguïtés des langues naturelles (polonais) et artificielles (espéranto) lors de leur traduction automatique

Nom: 
NC
Prénom: 
-
Année: 
2003
Résumé du mémoire: 

La traduction automatique se heurte au phénomène des ambiguïtés. Ces ambiguïtés peuvent être d’ordre lexical (flexion, homonymie, catégorie) ou structurel (hiérarchie, syntaxe). Quel est donc le degré de ces ambiguïtés dans une langue naturelle hautement flexionnelle, telle que le polonais et dans une langue artificielle à forte structure auxiliaire telle l’espéranto? Comment l’acquisition des connaissances appliquée à la traduction automatique facilite-t-elle la résolution des ambiguïtés ? La présentation d’exemples d’ambiguïtés relatives aux langues polonais et espéranto permet de définir une typologie d’ambiguïtés spécifiques. L’utilisation des différents outils de traduction automatique fait apparaître les limites de la qualité des résultats. L’utilisation de capacités cognitives de plus en plus puissantes est un axe d’amélioration. L’étude d’une modélisation croisée, associant un système symbolique et statistique, corrélée à une optimisation de la compréhension des contextes, est un scénario probable pour résoudre les ambiguïtés.

Traduction humaine dans la perspective du développement de la traduction automatique

Nom: 
NC
Prénom: 
-
Année: 
2004
Résumé du mémoire: 

Dans mon mémoire de DESS, j'aborde la problématique linguistique (traduction) dans la perspective du développement informatique (nouvelles technologies-logiciels de traduction automatique). Il s'agit de traiter la question de la traduction « traditionnelle » vs la traduction automatique. L'enjeu de mon travail est de démontrer quels sont les points forts et les points faibles ainsi que les limites et les difficultés liés à ces deux façons de traduire: humaine et informatisée.
Pour illustrer mes observations, je m'appuie sur les exemples précis. J'établis un corpus bilingue (langue source français-langue cible anglais) extrait du Journal Officiel de la Communauté européenne et j'examine les traductions: premièrement traditionnelle publiée dans une version anglaise du Journal Officiel, ensuite celle traitée par le logiciel de traduction automatique REVERSO et celle traitée par le logiciel de traduction gratuit disponible sur le moteur de recherche YAHOO. Par la suite, je procède à l’extraction terminologique en établissant une liste des termes et des expressions que je compare premièrement avec la terminologie traditionnelle du dictionnaire-papier, et ensuite avec le dictionnaire en ligne FREELANG et la base terminologique de la Communauté européenne - EUROVOC. Les commentaires des résultats obtenus me servent de conclusion : quels sont la place et le rôle du traducteur face à la prolifération des outils de traduction automatique, quel est l’avenir de la TA et de la TAO de point de vue de l’efficacité, de la disponibilité, du coût et du temps de traduction ? Est-ce que le progrès technologique accompagne les méthodes traditionnelles et en quoi est-il complémentaire? Arrivera-t-on à maîtriser l’ambiguïté du langage humain du point de vue de la traduction?

Syndiquer le contenu