Séminaire de recherche : Culturonomics, sémiotique de corpus et sciences de la culture (François Rastier) - lundi 6 novembre 2017

François Rastier donnera une conférence intitulée "Culturonomics, sémiotique de corpus et sciences de la culture" le mardi 6 novembre de 17h00 à 19h00 dans les Salons d'honneur de l'Inalco, au 2 rue de Lille, Paris 7e.

Dans toutes les disciplines des sciences de la culture, de la linguistique à la musicologie, de l’iconologie aux études de cinéma, de l’archéologie à l’anthropologie, des corpus d’étendue et de qualité croissante sont constitués et leur investigation est assistée par divers logiciels.
Comme l’accès à la culture passe de plus en plus par les documents numériques, le système éducatif n’est pas en reste, car tout l’y engage, des habitudes prises par les élèves et les enseignants, aux recommandations ministérielles voire aux libéralités intéressées des grandes firmes, comme Google (cf. Google Arts & Culture).
En outre, dans la recherche scientifique, notamment dans les sciences de la culture, certains courants estiment que l’on peut faire émerger des corrélations et les qualifier comme des faits, voire comme des découvertes à part entière. Les masses de données disponibles déjà constituées font ainsi l’objet d’un distant reading qui semble s’imposer sans interprétation. Toutefois, l’accès aux documents n’est qu’une condition de leur appropriation et l’on doit se protéger des flux de « données » hétérogènes, non garanties et de ce fait ininterprétables.
Il ne s’agit donc pas de remplacer les corpus constitués en fonction d’hypothèses préalables et d’une méthodologie déterminée par des data sans garantie obligeamment mis en ligne par les géants du web.